LETTRE OUVERTE DU 7 AVRIL 2021

Nous vivons toutes et tous une période qui affecte nos sensibilités, nos incompréhensions, nos peurs, nos vies quotidiennes, professionnelles, culturelles et sociales.

Suite aux actions musicales initiées par le collectif Les Souffleurs et les différentes réactions que cela a engendré il nous semble important d’expliquer les faits et l’évolution d’une démarche qui se veut pacifiste et universaliste. 

 

LES SOUFFLEURS C’est QUI ? C’est QUOI ?

 

Le collectif Les Souffleurs est une association loi 1901 dont l’objet est le « faire ensemble » à travers des actions culturelles, au service de toute la population du Vercors sud.

Ce collectif et ses actions appartiennent à toute personne désireuse de s’exprimer et de créer ensemble des moments de plaisir et de bonheur.

Les festivals de La Belle Rousse et des Passantes organisés par les souffleurs en 2016, 2017 et 2019 à La Chapelle en Vercors ont été des moments de partage, de joie, de musique et d’art pour celles et ceux qui ont eu la chance et l’envie d’y participer.

Les Souffleurs collaborent en bonne intelligence depuis plusieurs années avec les communes du canton, la CCRV, le département, la Cinquième saison, la MPT, la maison de l’aventure, la piste recyclable, l’E.V.S, Vertapop, les écoles, les collèges, l’école de musique, les médiathèques et nombre d’associations locales. Les souffleurs se sont toujours déclarés au service de toute idée nouvelle.

 

Dans ce collectif, on croise : des soignants, des artisans, des indépendants, des artistes, des instituteurs (trices), des profs, des paysans, des pompiers, des étudiants, des retraités et toutes sortes de gens qui nourrissent la cohésion sociale.

 

 Depuis plus d’un an les artistes et acteurs culturels, n’ont plus le droit d’exercer leur métier.

Les conséquences sont graves et multiples mais ce qu’il faut retenir c’est que toutes celles et ceux qui ont besoin de se cultiver n’ont plus le droit de le faire.

 

Ouvrons une parenthèse importante : Les souffleurs  ne dénient en aucun cas la gravité sanitaire de notre pays. Les coups d’éclats culturels mis en place ces dernières semaines ne sont pas des manifestations anti-quoique ce soit, mais se veulent au contraire des manifestations positives de solidarité, de soutien et de partage dont nous estimons qu’elles sont les valeurs cardinales du bien vivre ensemble.  

 

UN FLASH MOB C’est quoi ?

Un flash mob est un coup d’éclat culturel sur une place publique, il est de courte durée et a pour seule vocation d’apporter sourires et bonheurs dans l’instant où il est interprété.

Depuis quelques mois le flash mob est un outil de manifestation pacifiste pour défendre l’urgence culturelle et sociale dans laquelle nous sommes.

Un collectif d’artistes (HK et les Saltimbanks, musiciens et militants depuis 2006) a offert une chanson à la collectivité. « Danser Encore » est un hymne pour celles et ceux qui pensent que la culture peut aider l’humanité.

 Ces Flash mob sont mis en œuvre par des gens respectueux de la situation actuelle et soucieux de ne pas provoquer la peur et l’incompréhension.

 

HISTORIQUE DES COUP D’ECLATS INITIES PAR LES SOUFFLEURS 

 

Jeudi 25 mars : Une vingtaine de musiciens et chanteurs apparaissent pour 6 minutes au milieu du marché de La Chapelle en Vercors à 10 H 30, et interprètent « Danser Encore » 

Les réactions sont multiples. Au delà des nombreux retours positifs et des sourires croisés, certaines personnes se sont senties « agressées » par cette apparition musicale en plein air.

Respectueux de chacun, le collectif prend acte de ces retours et décide de faire attention à ne froisser personne pour les prochains coups-d’éclat musicaux.

 

Samedi 27 mars : Le collectif participe au coup d’éclat culturel au bord de la Bourne, sous le soleil, à Pont en Royans, organisé par différentes associations.

Musique, danse, sourires, enfants qui jouent et rient, respect des libertés de chacun, les personnes présentes sont responsables et l’après midi se passe dans un climat détendu.

On peut reprocher mille choses à ce genre de manifestation, notamment le non respect du port du masque par certains et le dépassement de regroupement de 6 personnes, néanmoins le passage et les échanges avec la police locale ont été cordiaux et les étoiles dans les yeux ont eu pour nous une valeur de thérapie inestimable. 

 

Dimanche 28 mars : Le collectif décide de jouer le morceau de musique 3 fois : 1 fois en haut du marché de Villard de Lans, 1 fois en bas et 1 fois sur la place de l’ours. 

En jouant de cette manière nous évitions de bloquer la circulation dans les allées et évitions de prendre « en otage » les personnes sensibles. 

En notre âme et conscience et avec la plus grande honnêteté nous avons fait en sorte de respecter les libertés de chacun. 

Les retours sont d’abord positifs puis nous apprenons que quelques personnes se sont plaintes en mairie. 

 

Dont Acte.

 

Jeudi 1er Avril : Il est décidé, collectivement,  de jouer à nouveau à La Chapelle en Vercors mais cette fois ci à l’extérieur du marché. 

6 min de présence à 30 mètres du premier étal. Arrivée des participants pour la plupart masqués, puis retrait des masques pour chanter, puis remise des masques pour la plupart (sachant que nous considérons que chaque individu est libre et responsable de ses actes et que notre action n’a pas pour but de juger ou de punir, mais se veut être un espace de liberté).

Ce jour là, soucieux de faire attention, nous avons été  vigilant à ce que personne ne se sente agressé, en déplaçant même une partie des participants que nous considérions être trop près du marché.

Différents échanges et altercations nous on fait prendre conscience de la polémique et des incompréhensions naissantes.

 Nous rappelons que ces actions ont été faites en bonne entente  avec la municipalité et la gendarmerie. Les discussions avec M. le maire et les gendarmes montrent l’urgence de trouver des solutions locales pour s’exprimer et cohabiter en bonne intelligence.

Ces échanges ont été très positifs et nous les en remercions. Tout ce que nous avons entendu et lu depuis quelques jours n’est pour nous fondé que sur des a priori ou de la méconnaissance. 

 Par envie de diffuser un peu de légèreté et par souci de transparence, chaque coup d’éclat a été filmé et est visible sur la chaine You tube des Souffleurs.

Sur cette même chaine se trouvent les vidéos des différentes actions culturelles organisées depuis plusieurs années.

https://www.youtube.com/channel/UC3Luj28CFsKS110AnmlUotA

 

 Afin de montrer les bonnes intentions de ces actions qui ne sont pas que locales, nous nous permettons de partager (avec son accord!) la lettre ouverte de HK du 1er Avril. 

Le collectif Les souffleurs se met en pause quelques temps, pour prendre le temps de la réflexion, de l'échange et imaginer la suite.

 

 

"QUAND LE MUGUET SERA EN FLEUR, NOUS DANSERONS ENSEMBLE

 

A l'heure où nos écoles ferment, et où les restrictions de déplacement se généralisent à tout le pays, je suis plus que jamais convaincu par la nécessité de défendre l'urgence culturelle et sociale, et par le besoin de se retrouver sur la place publique pour échanger, débattre, se parler. Mais je sais aussi que ma présence à différents rassemblements peut ramener beaucoup de monde, et dans le contexte actuel, cela pourrait engendrer des incompréhensions ou des polémiques que je ne veux pas. Ce mouvement n'est pas fait pour qu'on se divise, au contraire, il existe pour qu'on se retrouve, qu'on se rassemble. 

Alors voilà, je mets en pause ma participation physique aux rassemblements pour le mois qui vient. Je vous donne rendez-vous autour du 1er mai, quand le muguet fleurira, pour que nous soyons plus nombreux-ses encore à danser ensemble au grand air ! 

En guise de promesse, cette nouvelle chanson "Dis-leur que l'on s'aime, dis-leur que l'on sème", un clip à base d'images de nos trois derniers mois passés à « danser encore ». Nous espérons que cette chanson vous parlera au cœur, que vous verrez ces gens heureux d'être ensemble, de danser, de vivre, de s'aimer comme sœurs et frères... Et que la force des images, des mots et des mélodies parleront d'elles-mêmes.

https://www.youtube.com/watch?v=aSSU6yLsnWU

À bientôt en vrai » 

 

Pour finir : 

Nous habitons dans un canton d'environ 2500 personnes, toutes différentes.

Nous sommes horrifiés de voir à quel point ce petit nombre de gens est incapable de se parler alors qu’il cohabite sur un territoire qui délivre des paysages magnifiques et une douceur de vivre que beaucoup de gens nous envient !

Nous en appelons  à la responsabilité de chacune et chacun d’arrêter de juger et d’entretenir des clivages qui n’ont pour seuls effets que se faire du mal et donner une image déplorable à nos enfants.

Nous ne sommes pas obligé d’être d’accord sur tout et c’est ce qui fait la richesse de l’humanité mais il est de notre devoir de faire attention, au quotidien, aux personnes qui nous entourent.

Chacun fait ce qu’il peut dans ce monde compliqué. Reste à voir si la critique à l’égard d’autrui est constructive ou destructrice !?

 

Pour terminer, nous exprimons, ici notre soutien et notre reconnaissance à toutes les personnes qui donnent leur énergie au sein des conseils municipaux et autres collectivités au service de la population ;  

œuvrer pour la pluralité est un combat de tous les jours qui nécessite du temps, de l’écoute, de la compréhension et des compromis.

La fatigue personnelle générée par ces lourdes taches au service de toutes et tous, est évidente.

Nous pensons qu'il est de notre devoir de citoyen de valoriser et respecter ce qui est fait.

C’est pour nous la base de la démocratie qu’elles que soient nos convictions politiques et nos divergences d’idées.

 

Merci d’être arrivé jusque là.

Ne voulant blesser personne, merci de prendre la mesure qu’écrire une telle lettre n’est pas chose aisée et que son imperfection est humaine.

Nous sommes à la disposition de qui veut échanger et participer à la paix sociale. 

 

Chaque membre du collectif Les Souffleurs a la volonté de semer un peu de douceur et d’éclairer les visages en toute modestie.

 

Pour les souffleurs, le 6 avril 2021.

 

De belles phrases ont vu le jour sur les vitrines de nos commerces, depuis début mars.

Si le collectif avait cet espace on lirait ceci :

 

« Vous êtes ce que vous êtes et ça m’enchante » Marguerite Duras

plume_edited_edited_edited.png